Guide de voyage en Kabardino – Balkarie, Caucase russe

Guide de voyage en Kabardino – Balkarie, Caucase russe

Kabardino Balkarie

Dernière mise à jour : 17/12/2022

La Kabardino – Balkarie (en Russe Кабардино-Балкария) est nommée d’après ses deux groupes ethniques : les Kabardes et les Balkars, ethniquement et politiquement divisés. Les Kabardes sont Circassiens et majoritaires, tandis que les Balkars sont un peuple Turc qui auraient souhaité une république à part entière.

Souvent décrite comme instable, la Kabardino – Balkarie a connue des attaques liées à la guerre de Tchétchénie dans les années 2000, des violences contre le gouvernement local dans les années 2010 et connaît toujours des rivalités ethniques.

Elle abrite pourtant le Mont Elbrous, la plus haute montagne d’Europe, des glaciers, cascades et en général des paysages à couper le souffle. Un fascinant coin de Russie où le tourisme se développe à vitesse grand V !

RUssia travel 19 1

Informations générales

  • Capitale : Naltchik (Нальчик)
  • Population : Entre 850 000 et 900 000 habitants selon les sources
  • Langues : Kabarde, Balkar et Russe
  • Religion : Islam sunnite et Chrétienne Orthodoxe
  • Argent : Si vous avez des Euros ou Dollars à changer, allez au marché. Au croisement des rues Ulitsa Pacheva et Ulitsa Tolstovo en face du parc ici, vous trouverez quelques messieurs avec une petite sacoche. Ne craignez rien, tout le monde les connaissent, ils ne vous arnaquerons pas, et vous aurez un bien meilleur taux de change qu’à la banque.
  • Code vestimentaire : Aucun, mais évitez tout de même les mini jupes et shorts au dessus du genoux.
  • Visa : La Kabardino – Balkarie fait partie de la Fédération de Russie, il vous faudra donc un visa Russe si nécessaire selon votre nationalité.
  • Frontière : Il n’existe aucun passage frontière légal vers la Géorgie. Vous devez passer par l’Ossétie du Nord, via le poste frontière de Verkhny Lars.

L’ascension du Mont Elbrous

L’Elbrous, le plus haut sommet d’Europe étant situé à la frontière sensible entre la Russie et la Géorgie, son ascension est bien évidemment contrôlée. Un guide est obligatoire. Il ou elle fera la demande de permis frontière pour vous.

Mont Elbrous depuis la route vers Djili Sou, Kabardino-Balkarie, Caucase, Russie
  • Postes de contrôles sur les routes : Il y a un poste majeur à la frontière entre la Bakardino – Balkarie et l’Ossétie du Nord. Tout le monde se fait enregistrer des deux côtés.
  • Si vous venez de Piatigorsk vous entrez la partie dite « instable » du Nord Caucase. La route entre les républiques peut également être fermée pour des raisons de sécurité.
  • J’ai été questionnée par un jeune officier ch*ant sur place qui voulait sûrement un billet. Si ça vous arrive, haussez le ton en français/anglais et un gentil flic devrait voler à votre secours.
  • Déportation : La totalité des Balkars ont étaient déportés en 1944 sous ordre de Staline. Accusés comme bien d’autres d’avoir collaboré avec les Nazis, ils ont étaient envoyés au Kazakhstan et au Kirghizstan.
  • Le nom de la République Socialiste Soviétique Autonome Kabardino – Balkar a été modifié en République Socialiste Soviétique Autonome Kabarde, comme si les Balkars n’avaient jamais existé.
  • Ce n’est que sous Khrouchtchev en 1957, pendant la déstalinisation de l’Union Soviétique, qu’ils n’ont été autorisés à rentrer chez eux.

Où dormir

Il y a toutes sortes d’hébergements disponibles à Nalchik et proche de l’Elbrous. Du fait de la proximité avec le sommet qui est très touristiques les prix sont assez élevés et la demande très forte en haute saison.

Je ne vous recommande vraiment pas l’hostel Teplichny (sale, pas de cuisine, ni de vraie salle de bain, zéro confort et très loin du centre au fond d’une rue un peu glauque) à Naltchik. Le petit hôtel « Alpinist » (гостиница Альпинист) en plein centre ville, style soviétique mais très propre, est tenu par d’adorables dames Balkars.

Transport

La Kabardino – Balkarie se situe a environ 1400 kilomètres de Moscou. Vous pouvez l’atteindre en avion avec des vols journaliers de 2h20 jusqu’à Mineralnye Vody et par train en 20 à 30 heures de trajet (réservez directement sur le site officiel – actuellement inaccessible sans VPN et il est pour le moment impossible de reserver avec une carte Visa ou Mastercard à cause des sanctions).

Des marshroutkas (mini bus collectifs) sont disponibles un peu partout dans la république et aussi pour rejoindre Tcherkesk , Vladikavkaz etc

Sécurité

Les gouvernements Occidentaux « déconseillent fortement » les voyages dans les républiques du Nord Caucase en général, pourtant le gouvernement de Kardino – Balkarie met actuellement tout en oeuvre pour la sécurité des touristes.

J’ai personnellement rencontré un officier du FSB qui travaillait à Elbrous (le village). Il faut aussi savoir que les tensions et autres attaques ont beaucoup diminuées ces dernières années.

Il y a un poste de contrôle à la « frontière » (vérifications des passeports et contrôles des véhicules) avec l’Ossétie du Nord, et par la même occasion la route venant d’Ingouchie et de Tchétchénie.

En tant que touriste étrangère voyageant seule, je ne me suis jamais sentie en danger que ce soit à Naltchik ou même pendant mes randonnées solo dans les montagnes.

À lire et à voir

  • The Circassian genocide de Walter Richmond (en anglais)
  • Let our fame be great d’Oliver Bullough (en anglais)
  • The circassians : A handbook by Amjad Jaimoukha (en anglais)
  • Si par hazard vous vous trouvez en Israel/Palestine, je vous invite à visiter le Circassian Heritage Center à Kvar Kama pour découvrir la petite diasparo Circasienne du pays.
  • Le film Cherkess qui raconte l’arrivée d’immigrants Circassiens en Transjordanie Ottomane à la fin du XIXe siècle
  • « 21 » est un film documentaire par NART TV sur l’histoire des Circassiens (en anglais)
  • The call est un court métrage sur le génocide Circassien (en anglais)
  • Les peuples punis d’Aleksandr Nekrich sur les déportations des peuples Circassiens y compris les Balkars pendant la Seconde Guerre Mondiale
  • Le film documentaire « Le moine Cavalier » de Joël Farges
  • Nart Sagas, livre sur la mythologie des Circassiens et Abkhaze – Satanaya vient de là !

J’ai malheureusement trouvé très peu de livres ou film documentaires sur les Balkars, si vous en connaissez d’autres, n’hésitez pas à partager !

RUssia travel 18 1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *