15 endroits à visiter absolument au Daghestan

15 endroits à visiter absolument au Daghestan

Goor, Dagestan

Le Daghestan est un territoire mal connu du sud de la Russie, souvent ignoré au détriment de son voisin Tchétchène, et principalement considérée comme un territoire montagneux d’où sont originaire de nombreux combattants de l’UFC, avec des aoul (villages fortifiés) de montagnes inatteignables.

Vous planifiez un voyage au Daghestan mais vous ne savez pas où aller ni ce qu’il ne faut absolument pas louper?

J’adore la région, à vrai dire c’est peut-être mon endroit préféré en Russie. J’y suis allée plusieurs fois pendant mon long séjour dans le Caucase du Nord et je vous partage ici une liste des 15 lieux incontournables à visiter au Daghestan !

Georgia Dagestan tour 2 3
Vous ne parlez pas anglais ? Contactez-moi à [email protected] pour plus d’infos !
Georgia Dagestan tour 3 1
Vous ne parlez pas anglais ? Contactez-moi directement à [email protected] pour plus d’infos !
15 endroits au Daghestan 2 1

Note : Je vous recommande vraiment d’utiliser Yandex Maps au lieu de Google Maps au Daghestan (et en Russie en général). Pour épingler les lieux suivants sur votre application Yandex Maps, cliquez simplement sur le 📍 en bas à gauche de la carte.

1 – La vieille ville de Derbent

Дербент – Derbent est la ville incontournable du Daghestan et du Caucase du Nord. Les habitants disent qu’elle a 5000 ans, mais les historiens eux affirment qu’elle n’en a « que » 2500. Quoi qu’il en soit, Derbent est l’une des plus anciennes villes de Russie.

Située juste entre les montagnes et la mer Caspienne, la vieille ville, la citadelle et la forteresse de Naryn Kala sont des sites du patrimoine de l’UNESCO.

Avec ses fortifications, ses rues pavées, ses mosquées, son église arménienne, sa synagogue et son melting-pot de population, Derbent ne ressemble à aucune autre ville du pays. Si vous ne devez visiter qu’une seule ville du Caucase du Nord, c’est bien celle-ci !

Il y a des trains depuis de nombreuses villes de Russie, dont Moscou, bus depuis Grozny, taxis partagés et marshroutkas depuis l’Azerbaïdjan.

Conseil : si vous voyagez hors saison, les auberges de jeunesses seront sûrement fermées, elles ouvrent en été.

2 – Le desert de Sary Koum

Бархан Сарыкум – Le désert de Sary Koum au Daghestan est une dune de sable située à environ 20 kilomètres de Makhatchkala. Avec ses 3 hectares de dunes, c’est l’une des plus grandes d’Eurasie avec des centaines d’espèces végétales dont certaines endémiques.

Le nom de « Sary Koum » vient de la langue Koumyk et signifie « sable jaune ».

La légende raconte que Sary Koum a été créé à la suite d’un triangle amoureux entre une fille et deux frères. Une jeune fille vivait sur une île au milieu d’un lac et déclara qu’elle épouserait celui qui transformerait l’eau en sable. L’un d’eux a réussi, créant le désert de Sary Koum.

Depuis la place du marché de Makhatchkala, prendre le bus N°19, 7, 77 ou le trolleybus 3 jusqu’à la gare routière du nord puis n’importe quel bus en direction de la Tchétchénie/Ingouchie et s’arrêter au village de Korkmaskla, marcher environ 20 minutes jusqu’à la réserve. Voir Yandex Maps pour l’itinéraire détaillé.

Il y a un droit d’entrée de 50₽ qui vous donne accès à une passerelle en bois pour explorer Sary Koum.

3 – Le canyon de Soulaksky

Сулакский каньон – Le canyon de Soulaksky ou Soulak est l’une des fiertés naturelles de la république, tous les habitants du Daghestan vous diront d’aller le voir. C’est aussi l’un des canyons les plus profonds d’Europe et encore plus profond que le Grand Canyon aux États-Unis, il fait environ 50 kilomètres de long.

Le canyon pourrait bien être le site naturel le plus visité du Daghestan et offre des vues panoramiques absolument magnifiques ! Il n’y a pas de barrière de sécurité ni belvédère bien organisés, donc attention au vent.

Le moyen le plus simple d’atteindre le canyon est depuis le village de Doubki. Pour vous y rendre, prenez un bus depuis Makhatchkala ou Bouïnaksk jusqu’à Doubki. Consultez Yandex Maps pour l’itinéraire détaillé ainsi que des sentiers qui mènent aux « belvédères »..

Pendant la saison estivale, des excursions en bateau peuvent être organisées.

4 – La cascade de Tobot

Тобот – Située sur le plateau de Khounzakh, la petite rivière Tobot tombe directement dans le canyon Tsolotlinsky créant une cascade impressionnante. Le printemps et le début de l’été sont les meilleurs moments la voir lorsque le débit de la rivière est plus important avec la fonte des neiges dans les montagnes.

Selon différentes sources, la cascade mesure entre 70 et 100 mètres de haut. Le belvédère est situé dans le village de Khounzakh.

A côté de Tobot se trouve le village d’Arani célèbre pour sa forteresse aussi appelée la forteresse de Khounzakh construit au XIXème siècle pendant la guerre du Caucase.

Pour vous y rendre, prenez l’une des marshroutka quotidienne N°642 depuis la gare routière nord de Makhatchkala. Le trajet dure environ 3 heures.

5 – Gounib

Гуниб – Perché sur un plateau à 1500 mètres d’altitude, Gounib bénéficie d’un emplacement exceptionnel. Une forteresse naturelle, fortifiée de murailles et de tours que l’on peut encore voir aujourd’hui pour certaines. La route principale vers le village est assez sinueuse et passe par la « porte de Shamyl ».

Cet aoul a été la dernière bataille de la guerre du Caucase au XIXème siècle où l’imam Shamyl a été capturé. La forteresse a ensuite été construite par les russes.

Gounib est une base idéale pour explorer la région, y compris Tchokh, Gamsoutel et le mont Mayak de 2350 mètres d’altitude à proximité. La place centrale est petite et tout est accessible à pied : marché, cafés, restaurants, boutiques et musées.

Il y a des marshroutkas tous les jours depuis la gare routière nord de Makhatchkala. Elles partent lorsqu’elles sont pleines.

6 – Tchokh

Чох – Tchokh est un aoul pittoresque situé près de Gounib et Gamsoutel. Des rues pavées étroites et des maisons traditionnelles en pierre avec une vue panoramique imprenables sur les montagnes font de ce village Avar un endroit incontournable à visiter au Daghestan.

Situé dans la vallée d’Andalal, « tchokh » en langue avar signifie « arrêt ». C’était un carrefour sur la route de la soie à l’époque, mais les habitants vivaient de l’agriculture et ont aménagés des cultures en terrasses. Aujourd’hui, les terrasses sont encore visibles, mais seuls les animaux y brouttent de l’herbe. Les champs cultivés sont principalement situés dans les basses terres.

Tchokh est situé à moins de 20 kilomètres de Gounib. Autant que je sache, il n’y a pas de transports en commun vers le village, il faut donc prendre un taxi ou faire de l’auto-stop (assez facile).

7 – Gamsoutel

Гамсутль – Gamsoutel est un village Avar abandonné construit au sommet d’une montagne et sûrement l’aoul le plus célèbre du Daghestan. Il est entouré de hautes falaises et de pentes rocheuses, ce qui le rendait difficile d’accès pour l’ennemis à l’époque. On dit que c’est une des plus anciennes colonies de la république.

On raconte différentes raisons pour lesquelles le village été abandonné : peste, collectivisation forcée par les Soviétiques, ou les habitants sont simplement partis pour une vie meilleure dans les villes des basses terres. Le dernier résident de l’aoul est décédé en 2015.

Gamsoutel est facilement accessible depuis Tchokh. Prenez une marshroutka jusqu’à Gounib, puis un taxi ou faites de l’auto-stop jusqu’à Tchokh et marchez jusqu’à Gamsoutel.

On peut randonner depuis les contreforts en seulement une heure et demie par l’ancien chemin. Le tracé est indiqué sur Maps.me

8 – La cascade souterraine de Saltinsky

Салтинский водопад – Située à côté du village de Salta dans le canyon de Koudalinsky, Saltinsky est la seule cascade souterraine du Daghestan. Elle n’est pas vraiment sous terre, c’est en fait un effet d’optique.

La cascade ne fait que 20 mètres de haut mais la lumière venant d’en haut la rend vraiment impressionnante. En hiver, l’eau est gelée; le meilleur moment pour la voir est à mon avis du printemps jusqu’au début de l’été, lorsque la neige fond dans les montagnes et élargie la petite rivière Saltinka.

Portez des chaussures appropriées car c’est glissant et allez y quand il y a du soleil.

Saltinsky waterfall, Dagestan

Il n’y a pas de transport en commun direct vers Salta, vous devez prendre un bus pour Gounib, puis trouver un chauffeur de taxi ou faire de l’auto-stop jusqu’au village.

Il y a un droit d’entrée non officiel à la cascade de 50₽ pendant la haute saison touristique.

9 – Koubatchi

Кубачи – Koubatchi est l’un des aoul les plus célèbres du Daghestan. A l’époque où chaque village était spécialisé dans un domaine ou un artisanat, les habitants de Koubatchi fabriquaient des armes en métal notamment en argent comme le fameux kindjal, un poignard caucasien.

Koubatchi est un village Dargin assez grand situé à 1800 mètres d’altitude dans les montagnes mais il n’y pas de noms de rues ni d’enseignes pour les bijoutiers ou les boutiques d’artisanat . Demandez le chemin aux habitants.

La langue koubatchi qui y est parlée est un dialecte de la langue dargine.

Parmi les rues étroites sans nom de l’aoul se trouve la tour de guet d’Akayla Kalya. La tour restaurée de 16 mètres de haut a été transformée en musée et belvédère.

Les marshroutkas pour Koubatchi partent tôt le matin de Makhatchkala et Derbent.

10 – L’ancien village de Kakhib

Кахиб – L’ancien village de Kakhib est un aoul abandonné comme Gamsoutel construit à flanc de montagne juste au-dessus de la rivière Kakhibtlyar. Le dernier habitant est parti dans les années 1980.

Ici, vous pouvez voir quelques tours de pierre qui ont été restaurées et qui mesurent 20 mètres de haut. Ces tours de pierre sont similaires aux tours ingouches que l’on trouve dans toutes les montagnes de l’Ingouchie, mais beaucoup plus accessibles.

Il n’y a pas de transport en commun direct vers Kakhib. Vous devez prendre un bus pour Hebda sur la route principale, puis trouver un taxi ou faire de l’auto-stop jusqu’à Kakhib.

Kakhib est situé à seulement quelques kilomètres du village suivant de Goor et on peut très facilement parcourir la distance entre les deux villages à pieds.

11 – Goor

Гоор – Goor est un autre aoul abandonné à côté de Kakhib et magnifiquement situé en haut d’une falaise. Il a 3 tours de pierres encore debout. À l’époque, il y avait 7 tours défensives et d’autres résidentielles. Certains disent qu’elles faisaient jusqu’à 25 mètres de haut. Celles encore debout aujourd’hui mesurent entre 10 et 15 mètres.

L’emplacement de Goor est spectaculaire et donne une impression de Norvège avec sa formation rocheuse en « langue du troll » qui se dresse au bord de la falaise.

Comme pour Kakhib, il n’y a pas de transport en commun, il faut prendre une marshroutka jusqu’à Hebda puis trouver un chauffeur pour vous emmener à Goor.

Facilement accessible depuis le village de Kakhib, vous pourrez randonner sur les quelques kilomètres séparant les deux villages.

12 – Le lac de Kézénoï-Am

Озеро Казеной-Ам – Situé à 1869 mètres dans les montagnes entre le Daghestan et la Tchétchénie, Kézénoï-Am est le plus grand lac du Caucase du Nord. Son nom signifie « lac bleu » et c’est vraiment un joyau à ne pas manquer au Daghestan ou dans le Caucase du Nord en général.

Il est préférable de s’y rendre entre la fin du printemps et le début de l’automne car il est gelé et couvert de neige en hiver. Il y a un hôtel et un restaurant du côté tchétchène.

La distance entre Grozny et le lac est de 100 kilomètres et celle entre Makhatchkala et le lac est double. Il est plus facile de rejoindre Kézénoï-Am depuis la Tchétchénie.

Il n’y a pas de transport en commun vers le lac d
un côté comme de l’autre. Vous pouvez vous rendre à Vedeno en transports en commun, mais pour les 20 derniers kilomètres, vous devez prendre un taxi ou faire de l’auto-stop.

J’ai fait du stop depuis Grozny et ça a très bien fonctionné. Les locaux sont toujours très serviables.

13 – Akhty & la vallée de Samour

Ахты – Hors des sentiers battus, même pour les touristes locaux, Akhty et la vallée de la rivière Samour sont tout au sud du Daghestan et surplombent le nord de l’Azerbaïdjan de l’autre côté de la frontière. La région est peuplée principalement de lezgines et routouls. À proximité du village d’Akhty, il y a 14 sources d’eau chaude, certaines organisées pour s’y baigner.

La partie ancienne du village d’Akhty est une visite incontournable. Promenez-vous dans ses rues étroites bordées de maisons traditionnelles et marchez jusqu’au pont en pierre sur la rivière Akhtychaï. Le village abrite également la forteresse tsariste la plus méridionale de Russie, l’Akhtynskaya construite en 1839 et attaquée par les troupes de Shamyl une décennie plus tard avec peu de résultats.

La vallée de Samour ne nécessite aucun permis frontière. Vous pouvez voir des postes frontières entre le Daghestan et l’Azerbaïdjan au milieu de nulle part, mais seuls les habitants des villages voisins sont autorisés à traverser car ils ont de la famille du côté azeri. Il est préférable de visiter la région à la fin du printemps quand les montagnes sont vertes.

Des taxis collectifs partent tous les jours de la gare routière sud de Derbent vers Akhty. Ils partent lorsqu’ils sont pleins et il est préférable d’essayer d’en trouver un le matin.

Si vous envisagez de vous rendre dans d’autres villages de la vallée de Samour, sachez que les transports sont très irréguliers et probablement inexistants les week-ends.


L’autostop fonctionne bien quand il y a un véhicule…

14 – Kouroush

Куруш – Situé à 2 560 mètres d’altitude, cet aoul lezgine est le village le plus au sud de la Russie et aussi le plus haut village du Caucase et d’Europe ! Abritant quelques 800 personnes de l’ethnie lezgine, Kouroush est situé à côté de Shalbouzdag, l’un des plus hauts sommets et une montagne considérée sacrée du Daghestan.

Kouroush est à couper le souffle, ça vaut vraiment la peine depuis Derbent malgré la route en terre battue. Il est préférable de s’y rendre à la fin du printemps lorsque les montagnes sont très vertes.

Avertissement : Kouroush est/est peut être (qui sait ? Je n’en suis pas tout à fait sûr) dans la zone frontière russe. Techniquement, les étrangers doivent avoir un permis frontière pour s’y rendre. Cependant je n’ai vu aucun panneau, aucun soldat, aucun poste de contrôle sur la route, mais j’avais un permis.

Vous pouvez essayer d’y aller sans, peut être qu’il n’y aura personne sur la route pour vérifier. Mais si vous vous faites prendre là-bas ou sur le chemin du retour sans permis, vous risquez de très gros problèmes. Il faut 30 jours pour obtenir un permis frontière au Daghestan, le bureau du FSB pour le récupérer se trouve à Kaspyisk et l’officier très sympa parle plus espagnol qu’anglais.


Cliquez ici pour lire mon guide détaillé sur le permis frontière.

Autant que je sache, il n’y a pas de transport en commun vers Kouroush, mais vous pouvez prendre un taxi ou trouver quelqu’un pour vous y conduire depuis Akhty.

15 – La montagne sacrée de Shalbouzdag

Шалбуздаг – Pour finir la liste voici Shalbouzdag, la Mecque du Daghestan ! Le mont Shalbouzdag est l’un des plus hauts sommets de la chaîne de montagnes du Caucase oriental à 4142 mètres d’altitude et une montagne sacrée pour les Caucasiens musulmans.

La montagne est facilement visible et reconnaissable de loin, et chaque année entre le 20 juillet et le 20 août est organisé un pèlerinage à son sommet. Les pèlerins disent que monter à Shalbouzdag 7 fois, c’est comme faire le Hajj à La Mecque.

Comment randonner le chemin du pélerinage de Shalbouzdag ? La randonnée commence à Miskindja, un village au pied du mont. La plupart des gens prennent une mini-van UAZ pour Pir Souleiman, la tombe de Sheikh Souleiman et commencent à marcher à partir de là. Sur le chemin, vous atteindrez la mosquée Zolotoï Erenlère, où pendant le pèlerinage, les gens mangent et passent la nuit gratuitement.

Ensuite, vous arriverez au petit lac de Zam-Zam, qui est couvert d’une fine couche de glace même en plein été ; les pèlerins boivent son eau dite bénite. Le chemin vers le sommet passe par Grékomère, un passage étroit entre les rochers, les habitants pensent qu’un pécheur se retrouvera coincé entre les deux. Ajoutez un autre kilomètre et vous atteindrez la fin de la randonnée, mais ce n’est pas le point le plus élevé où seuls les grimpeurs expérimentés pourront aller.

La randonnée prends 2 ou 3 jours avec une nuit en montagne pour atteindre le sommet de Shalbouzdag. Portez chaussures et vêtements appropriés, emportez suffisamment de nourriture et d’eau avec vous et dites à quelqu’un où vous allez pour des raisons de sécurité. Il n’y a bien sûr aucun réseau téléphonique.

accedez a la bibliotheqye de ressources 1 1
15 endroits au Daghestan 3 1

Dîtes-moi en commentaires lequel(s) de ces endroits au Daghestan vous aimeriez le plus visiter !

N’OUBLIEZ PAS DE PARTAGER !

Vous appréciez cet article et ces infos ? Pensez à m’offrir un chaï pour soutenir ce blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *