Est-ce dangereux de voyager en Russie en 2024 ?

Est-ce dangereux de voyager en Russie en 2024 ?

Is Russia safe to visit 3 1
Soldats sympas au poste de contrôle de la zone frontière en Ingouchie. Ils m’ont offert du thé et du chocolat en attendant de vérifier que mes documents étaient en règle. Février 2019

Mon blog est dédié aux voyages en Russie et je fais la promotion de certaines régions du pays à travers des guides de voyage détaillés.

Pourtant, assez peu de gens connaissent le potentiel touristique de la Russie, leur idée du pays se limite souvent à Moscou, Saint-Pétersbourg, le lac Baïkal, la steppe vide et plus générallement un pays potentiellement dangereux.

Moscou se voit plus que jamais donner l’image de la ville idéale pour démarrer une nouvelle vie loin de l’Occident. Les « expatriés » (principalement des immigrés blancs avec des valeurs assez traditionnelles à mon avis) font largement la promotion de leur nouvelle vie sur Youtube, en montrant à quel point les supermarchés russes sont bien approvisionnés, quel goût ont a le nouveau Macdo russe …

Bon, rien de mal à montrer la réalité de la vie quotidienne russe dans la plus grande ville du pays, mais il faut quand même garder en tête que ces gens ont un bon salaire, bien au-dessus de la moyenne russe, et qu’ils ne se soucient pas de l’inflation comme la baboushka qui vend les légumes de son potager au coin de la rue.

Maintenant si on regarde ou lit les médias occidentaux, c’est une toute autre histoire : attentat terroriste, mobilisation forcée, ligne de front, propagande de Poutine … Les forums de voyage sont parfois pires : « tu vas te faire arrêter par le FSB à la frontière », « c’est impossible de visiter la Russie en ce moment », « La Russie est super dangereuse pour les occidentaux »…

Qui a raison ou tort entre l’expatrié et sa jolie femme slave, le journal occidental aux gros titres flippants ou l’américain souvent ignorant qui partage son point de vue sur un pays dans lequel il n’a jamais mis les pieds ?

Est-ce dangereux de visiter la Russie en 2024 ?

Voici une mini analyse qui, du point de vue du voyage, vous montre la situation actuelle des touristes en Russie, y compris quelles régions sont sûres ou à l’inverse dangereuses de visiter, ainsi que quelques conseils supplémentaires pour les voyageuses solo.

Disclaimer : Bien-sûr, je n’assume aucune responsabilité si vous vous faites agresser dans un quartier glauque ou si vous décidez de traîner dans les « nouveaux territoires russes » à côté de la ligne de front. Vous seul(e) êtes responsable de vos propres actes.

Temps de lecture : 10 minutes

Est-ce dangereux de visiter la Russie en ce moment ? La situation actuelle, les médias & le FSB

Gouvernements occidentaux & point de vues des médias/réseaux sociaux

Comme indiqué précédemment, Internet regorge actuellement de toutes sortes d’opinions sur les voyages en Russie. Les gouvernements occidentaux déconseillent fortement d’y aller, même si les représentations diplomatiques n’ont jamais quitté le pays, et les experts géopolitiques amateurs sur les réseaux sociaux vous disent en gros que vous allez être envoyé au goulag dès le passage frontière alors même qu’ils ne sont jamais allés en Russie eux-mêmes .

Ensuite, vous avez les vrais touristes (moi comprise) qui sont récemment allés visiter la Russie, qui en sont revenus en affirmant qu’ils se sentaient en sécurité & bienvenus dans le pays et finissent par être étiquetés comme « pro-Kremlin, pro-Poutine, propagandiste russe » et ainsi de suite…

C’est drôle, personne ne m’a traité de pro-Berdimuhamedov quand je suis allée au Turkménistan, de pro-MBS lorsque je me suis rendue en Arabie Saoudite ou de pro-Macron parce que je suis citoyenne française. Pourquoi c’est si différent avec la Russie ?

Mes voyages en Russie n’ont absolument aucune motivation politique et pour 99% des touristes étrangers qui s’y rendent non plus.

Pour moi « être en sécurité » lorsque je voyage (n’importe où) signifie : ne pas me faire agresser ni harceler, ne pas bloquer ma chambre d’hôtel avec une chaise, ne pas me faire kidnapper ni être prise dans une fusillade et ne pas me faire arrêter par la police locale sans raison.

Au cours de tous mes voyage en Russie, y compris dans les républiques dites « dangereuses » du Caucase du Nord, rien de cela ne s’est jamais produit. Et je n’ai jamais entendu parler de touristes étrangers blessés en Russie non. Et vous ?

Les médias sur la Russie

Chaque fois que les médias occidentaux parlent de la Russie (même avant 2022), ce n’est pas pour montrer les églises orthodoxes colorées, les montagnes du Grand Caucase ou les étendues sauvages de Sibérie.

Au lieu de ça, ils ne mentionnent que les choses négatives : attentats terroristes, élections frauduleuses, propagande … Bon, rien de bien nouveau ici, ça dure depuis des lustres. Bien sûr, ils s’appuient largement sur des stéréotypes : mauvaises routes, ivrognes, corruption policière … Ils insistent sur le fait que la Russie et les Russes sont très différents des Occidentaux, ils insistent pour dépeindre un pays coincé dans le passé avec des infrastructures médiocres, etc.

Breaking news : c’est des conneries. J’ose même dire qu’à un certain niveau, la Russie fonctionne mieux que mon pays, la France.

Quelques exemples : Les trains circulent à l’heure 99,9% du temps (contrairement à la SNCF française), on peut transférer de l’argent sur le compte bancaire de quelqu’un avec un simple numéro de téléphone (disons que le système bancaire français est « compliqué » ), les Yandex maps est mille fois mieux que Google Maps (si, si, je vous assure !) …

Bien sûr, aucun pays n’est parfait, mais en termes de tourisme, je pense que la Russie a de bonnes infrastructures : des transports en commun partout, hôtels ou chambres d’hôtes même au fin fond de la Sibérie, etc. C’est possible de voyager n’importe où en Russie (certains endroits nécessitent un gros budget quand même) malgré le fait que le pays soit immense. Si vous recherchez des voyages authentiques, c’est une excellente destination à ajouter à votre bucket-list.

Note sur les « médias alternatifs ». Si des médias rapportent une version différente du discours officiel, ils sont eux aussi qualifiés de « sponsorisés par Moscou » ou « propagandistes russes » … prenez le gouvernement français par exemple : ils ont bloqués plus de 20 chaînes sur Telegram en février dernier qui couvraient des infos sur l’Ukraine, la Russie et le Donbass, ils ont bloqué Rumble dans le pays parce que la plateforme de vidéos refusait de supprimer certaines chaînes qui traite du conflit sous un autre angle. Voilà pour le pays de la « liberté d’expression ».

Perso, j’aime avoir l’opportunité d’entendre différentes versions d’un sujet et me faire ma propre opinion, et pour ça, il faut des infos de différents points de vue.

Is Russia safe to visit 1 2
Parade militaire à Moscou. 8 mars 2021

Être arrêté par le FSB

Vous avez peut-être lu ou entendu parler de voyageurs interrogés par le FSB à la frontière ou même de célèbre Youtubeurs comme Drew Binsky littérallement « arrêté ».

L’un des boulot principal du FSB est de surveiller les frontières russes. Si le garde-frontière voit des tampons sur votre passeport qu’il trouve louches, il peut appeler des agents du FSB pour creuser un peu. Ce n’est pas inhabituel. Si vous n’avez rien à cacher, quel est le problème de répondre à quelques questions sur le but de votre visite dans un bureau séparé ? Perso, je n’en vois pas, ils font leur travail.

Bien entendu, nous, Occidentaux, on est pas habitués à ça. Il n’y a pas de frontières entre les pays européens par exemple et personne ne se soucie de savoir si vous venez en Thaïlande pour du tourisme sexuel. Ils vous tamponnent dans le pays, sans poser de questions. Pourquoi est-ce qu’ils en poseraient de toute façon ? Tourisme = argent. La Russie n’a jamais été et ne sera probablement jamais une destination touristique à la mode.

Je pense que nous, Occidentaux (blancs pour la plupart – moi incluse), avec nos super passeports, on est habitués à aller n’importe où sans que personne ne remette jamais en question nos motivations de voyage : un vrai privilège.

Revenons à nos moutons, les vlogueurs « arrêtés » en Russie. Non ils n’ont pas été arrêtés, mais simplement interrogés. Ils auraient dû être mieux informés. Se rendre dans la zone frontière en Russie nécessite un permis spécial. Dans certains endroits faire voler son drone est illégal. Si un policier vous dit d’arrêter de prendre des photos/vidéos, et bien vous arrêtez. Aussi simple que ça. Enfreindre les règles du pays peut vous causer des ennuis partout dans le monde. La Russie ne fait pas exception.

Pour être transparente avec vous, j’ai été interrogée deux fois par le FSB, une fois dans la région de Briansk après la frontière ukrainienne, emmenée dans une pièce à part pendant plus d’une heure, ils m’ont posé des questions sur mes voyages en Asie Centrale principalement, ils ont appelés une amie à Moscou pour vérifier mes dires, et au final un des agents m’a conduite à la ville voisine parce que je faisais du stop en plein hiver. Une expérience pas si effrayante pour moi.

La deuxième fois, c’était dans un petit village de Tchétchénie. Comment ils m’ont trouvée ? Je suppose grâce à mon téléphone. Je vennais juste de recevoir du réseau après plusieurs jours sans. J’ai eu un entretien dans le bureau du directeur de l’école locale. Leur principale préoccupation c’était « qu’est ce que vient faire une jeune française de 26 ans toute seule au milieu d’un village tchétchène ? Moi je voulais juste prendre un thé avec les babouchkas du coin ! Encore une fois, aucune mauvaise expérience.

Je n’avais rien fait de mal, j’avais totalement le droit d’être là où j’étais à ces moments-là.

Aussi controversé que ça puisse être, la Russie est un pays sûr pour les touristes en général, même en 2024. Bien sûr, à cause du conflit (appelez-le comme vous voulez, mais je veux que mon prochain visa russe soit approuvé) entre la Russie et l’Ukraine, les zones avec des opérations militaires en cours et les territoires qui les entourent ne sont pas sûrs à visiter. Il ne s’agit pas d’être prudent, mais de faire preuve de bon sens.

The Checkpoint on the road in the North Caucasus
Un poste de contrôle majeur sur l’autoroute qui traverse le Caucase du Nord. De la Kabardino – Balkarie à l’Ossétie du Nord – Alanie. Été 2019

Sécurité en Russie par régions

D’une manière générale pour tout le pays, vous verrez des détecteurs de métaux et des gardes aux entrées de tous les centres commerciaux, des stations de métro, des gares ferroviaires et des gares routières (ok, peut-être pas dans celles des villes de province). Et ça, toute l’année.

Il y a aussi des postes de contrôle sur les routes/autoroutes de temps en temps. Ils se trouvent principalement sur le côté de la route (pas comme celui de la photo ci-dessus) et arrêtent les voitures/camions à leur guise pour vérifier les documents. Certaines régions, comme les républiques du Caucase du Nord, disposent de plus de postes de contrôle pour des raisons de sécurité.

Moscou & Saint-Pétersbourg

Les deux capitales de la Russie sont totalement sûres à visiter. Je n’ai jamais entendu parler de pickpockets (personne ne porte son sac devant soi dans le bus comme on en voit à Paris par exemple), vous devrez probablement passer votre sac à dos/valise au scanner en entrant dans le métro, on voit régulièrement des policiers en patrouille, etc.

Et là vous vous dîtes, « oui mais l’attaque terroriste du Crocus de mars 2024 alors? ». Selon Statistica, il y a eu 15 attentats terroristes en Union Européenne depuis 2021 dont 5 en France, 3 en Allemagne, 2 en Suède. Pas à cette échelle, mais apparemment la France est le pays le plus exposé au risque d’attaque terroriste majeure en Europe, et pourtant ça reste l’un des pays les plus visités au monde !

Les régions frontalières à l’Ukraine

Les régions russes frontalières avec l’Ukraine et le Donbass ne sont pas totalement sûres même si elles ne sont pas dans la zone de combats. Les oblasts de Briansk, Koursk, Belgorod, Voronej et Roston sur le Don sont à mon avis à éviter.

À plusieurs reprises au cours des derniers mois, des missiles et des drones envoyés depuis l’Ukraine ont atterri là-bas et ont fait des victimes parmi les civils. Bien sûr, ça n’a pas fait la une des journaux télévisés occidentaux. Les aéroports de ces régions sont fermés, mais vous pouvez toujours y aller en train ou en bus si vous le souhaitez.

Le Caucase du Nord

Il est désormais possible de voyager en toute sécurité dans le Caucase du Nord, y compris au Daghestan, en Tchétchénie et en Ingouchie : on est en 2024, et non plus dans les années 1990. Si ça n’était pas le cas, le gouvernement central russe ne permettrait tout simplement pas aux touristes de traverser les frontières géorgiennes et azerbaïdjanaises, d’atterrir dans les aéroports internationaux de la région, ni de monter à bord des trains et des bus pour s’y rendre.

Certaines républiques ont plus de présence policière que d’autres, il y a aussi des points de contrôle sur les routes principales où tout le monde doit s’enregistrer. J’ai voyagé en solo pendant des mois dans toutes les républiques du Caucase du Nord, sans jamais me sentir en danger. Mais là encore, il faut être à l’aise avec la présence policière, les hommes en uniforme armés et les chauffeurs qui on parfois l’air d’avoir obtenu leur permis dans une boîte de céréales.

Je ne recommande pas cette région de Russie aux voyageurs non expérimentés : si vous êtes une fille de 18 ans pour une premier voyage en solo, Sotchi est une bien meilleure destination que le Daghestan.

Le reste de la Russie

Pour le reste de la Russie, que ce soit l’extrême nord à Mourmansk, au cœur des montagnes de l’Altaï ou à Vladivostok, aucun soucis à se faire sauf peut-être la nature : des inondations peuvent survenir au printemps pendant la fonte des neiges ou des incendies en été qui brûlent la moitié de la Yakoutie par exemple.

La Crimée

La Crimée a été annexée par la Russie en 2014 et est considérée comme un sujet de la Fédération. L’Ukraine a menacé à plusieurs reprises de détruire le pont de Crimée et cible régulièrement les infrastructures militaires de la péninsule : navires de guerre et sous-marins à Sévastopol, base militaire près de Yevpatoria, etc.

Beaucoup considèrent la Crimée comme faisant partie de la zone de guerre, pas moi. Je suis allée dans la péninsule à l’été 2022 pendant plus d’un mois, il ne se passait rien, seulement les bruits des roquettes envoyées de Sévastopol vers l’Ukraine. D’après mes contacts sur place, des sirènes peuvent être entendues de temps en temps en ville, mais rien d’alarmant.

Il y a des trains et des bus qui traversent quotidiennement le pont de Crimée, mais aussi des bus depuis/vers le Donbass qui traversent le nord de la Crimée via Marioupol jusqu’à Donestk et Lougansk.

Les plages du sud de la Crimée sont pleines à craquer de touristes russes chaque été. Perso j’y retournerais les yeux fermés.

Les « nouveaux territoires russes »

En septembre 2022, la Russie a officiellement annexé 4 régions ukrainiennes après un référendum de la population locale. Désormais, du point de vue russe, les oblasts de Lougansk, Donetsk, Zaporidjia et Kherson font partie de la Fédération, au même titre que la Crimée. Techniquement, vous pouvez y aller depuis la Russie, mais ça ne veut pas dire que vous devriez le faire.

Les villes de Donestk et Lougansk sont assez éloignées du front mais des roquettes et divers obus y sont encore envoyés par l’Ukraine de temps en temps.

Avant leur annexion, la RPD (République populaire de Donetsk) et la LPR (République populaire de Lougansk) se battaient depuis 2014 pour leur indépendence de l’Ukraine. Les médias occidentaux les qualifiaient alors de « séparatistes soutenus par la Russie », et puis tout d’un coup « la guerre a commencé en 2022 » …

Quoi qu’il en soit, si vous aimez le tourisme de guerre et les zones de conflits armés actifs, sachez que vous pouvez y aller depuis la Russie, personne ne vous arrêtera. Jetez un oeil au vlog de Britannica, un youtubeur britannique qui est allée à Lougansk il y a environ un an.

Is Russia safe to visit 2 1
Traversée du pont de Crimée en auto-stop. Été 2022

Est-ce dangereux de voyager en tant que femme seule en Russie ?

Je suis une femme, donc je suppose que ça me met dans la position idéale pour répondre à cette question. Oui, c’est sûr de visiter la Russie en tant que voyageuse solo. J’ajouterais même, foncez ! Vous n’imaginez même pas à quel point vous vous sentirez en sécurité.

Se promener seule la nuit en ville ? Sans problème !
Être harcelé par des hommes ? Très très peu problable !
Dormir dans un wagon commun avec 50 autres personnes ? Vous dormirez sur vos deux oreilles !

L’une des raisons pour lesquelles j’aime voyager en Russie c’est que je me sens en sécurité en tant que femme seule. Je n’ai jamais été harcelée dans la rue (même si je suis probablement invisible à côté d’une grande slave très peu habillée et qui porte des talons hauts), je n’ai pas peur de marche seule la nuit en ville (mes amies russes ne voit même pas le problème quand je leur dis ça, c’est normal pour elles), je fais de la randonnée seule dans les montagnes du Caucase (je dis toujours à quelqu’un où je vais bien sûr) etc.

Je recommanderais la Russie haut la main, même aux voyageuses sans expérience !

Autres conseils & infos

– Habillez-vous modestement dans les régions conservatrices comme les républiques musulmanes du Caucase du Nord. Que vous soyez un homme ou une femme, habillez-vous convenablement pour visiter une mosquée ou une église orthodoxe.

– Utilisez un VPN. Certains sites occidentaux sont bloqués en Russie, mais aussi pour votre propre anonymat en ligne. Consultez mon guide des 5 meilleurs VPN à utiliser en Russie.

– Utilisez Couchsurfing. Les Russes sont très hospitaliers et adorent rencontrer des étrangers. Une excellente façon de s’immerger dans la culture russe.

– N’ayez pas peur du FSB. Si vous n’avez rien à cacher, vous n’avez rien à craindre. Ils n’arrêtent pas les touristes étrangers pour leur bon plaisir. Ils ont d’autres prioritées en ce moment, vous ne pensez pas ?

Is Russia safe to visit 4 1
Une dame russe m’a invitée à séjourner dans son isba dans un petit village de Sibérie via à Couchsurfing. Janvier 2016

Est-ce que les russes détestent les occidentaux ?

Est-ce que les Russes nous détestent ? La réponse est simple : non, pas du tout.

Aussi surprenant que ça puisse paraître, les Russes semblent être bien plus doués que les Occidentaux pour distinguer les citoyens lambdas des politiciens. Honnêtement, je parle rarement de politique avec les gens que je rencontre en Russie. Ils sont plus enclins à papoter et m’inviter à boire un chaï plutôt qu’à partager leur point de vue sur les sanctions occidentales.

Tout comme nous, le peuple russe ≠ son gouvernement.

Conclusion : Oui, la Russie peut être visitée en toute sécurité en 2024. Arrêtez d’attendre le « bon moment », allez-y !

J’ai très peu d’espoir que cet article arrive dans le top 3 des résultats de recherche sur Google, puisque les pages de sécurité des gouvernements occidentaux passent en premier, mais ça serait super tout de même de commenter et partager l’article. Merci !

Comments (4)

  • Pascal 28/04/2024 at 07:10 Reply

    Bonjour Noémie, tu aurais pu ajouter que les russes aiment bien la sécurité : tout le monde respecte le « petit bonhomme rouge » aux passages piétons. Et, qu’il n’y a pas ou très peu de drogués et de clochards dans les rues. Ce n’est pas le cas des villes européennes et encore moins des États-Unis. L’impression ressentie en Russie, c’est une très grande sérénité. On y est bien (j’y suis actuellement).

    • Noémie 28/04/2024 at 09:27 Reply

      Bonjour Pascal, merci de partager votre ressenti en direct ! Il y a plusieurs explications à pourquoi on ne voit pas de drogués et très peu de sans-abris dans les rues : les toxico sont envoyés dans des centres, la police les voit, les embarque, point, pas le choix. Ensuite les SDF, il y des refuges et des « workhouse » (работный дом – un peu type Angleterre victorienne) avec des salaires très bas ou non payé, mais au moins ils ne sont pas dehors. Et puis le climat qui n’est adapté à la vie dehors on va dire … En 2010 la première fois que je suis allée en Russie, on en voyait encore pas mal dans les stations de métro par exemple (j’ai encore l’image en tête du soldat à qui il manquait un bras et une jambe qui mendiait appuyé sur une vieille béquille), maintenant beaucoup moins. J’ai aussi entendu dire qu’ils ont fait (pardon de l’expression) du « nettoyage » pour la coupe du monde 2018, ils ont déplacés le problème un peu comme fait le gouvernement français en ce moment pour les JO. Mais en tout cas, je suis tout à fait d’accord avec vous, on est serein en Russie 👌

  • celine ALGIER 30/04/2024 at 15:32 Reply

    Bonjour,

    Je confirme qu’en tant que femme seule voyageant en Russie depuis 10 ans, je n’ai jamais eu aucune appréhension et jamais aucun ennui.
    Les hommes sont très respectueux, les rues sûres même la nuit, les commerçants honnêtes et les Russes accueillants.

    Seule la nature peut en effet être dangereuse et mieux vaut bien s’équiper ou se faire accompagner pour éviter les problèmes. Mais en suivant quelques conseils, l’expérience est toujours super !

    Le seul bémol et le réel point dangereux est, selon moi, l’état de certaines routes et les multiples chauffards qui les sillonnent. Même en roulant prudemment, les déplacements sont dangereux du fait des autres conducteurs qui ne respectent aucune limitation de vitesse ou code de la route. Le verglas ne facilite pas non plus les choses, l’hiver. J’ai d’ailleurs eu des accidents de marchoutka a 3 reprises. Mon cou et mon dos s’en souviennent encore. 😉

    • Noémie 30/04/2024 at 18:54 Reply

      Bonjour Céline, merci beaucoup pour votre retour ! Alors moi je touche du bois, je n’ai encore jamais eu d’accident, même si c’est pas passé loin à plusieurs reprises … c’est un réél problème malheureusement 🤷‍♀️

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *