Voyager en Russie en tant qu’Occidentale (mon été 2022)

Voyager en Russie en tant qu’Occidentale (mon été 2022)

La Russie n’apparaît certainement pas dans le top des pays à visiter cette année. Pourtant, certains d’entre nous veulent tout de même y aller. Moi la première. J’ai passé mon été à y voyager, de fin juin à mi-septembre, dans l’extrême sud-ouest de la Fédération, depuis les hautes montagnes de Sotchi jusqu’aux eaux cristallines de Crimée.

Cet article parle de mon expérience personnelle en tant que ressortissante française : obtention d’un visa, réservation de billets d’avion, entrée & sortie de Russie, conseils sur le change de monnaies étrangères et plus

Avertissement : je refuse de boycotter un pays car, à mon avis ça cible les mauvaises personnes. Je crois sincèrement que nous devrions toujours séparer un gouvernement de ses citoyens.

Dernière mise à jour : 06/11/2022

Voyager en Russie

Obtention d’un visa

Tout d’abord, j’ai dû obtenir un visa. Honnêtement, j’étais assez inquiète que ma demande de visa touristique de 3 mois soit refusée fin mai 2022. J’ai fais la demande via une agence de voyage (action-visa), et utilisé l’assurance de ma carte Visa (ne me demandez pas pourquoi ni comment, mais ça a fonctionné) et j’ai reçu mon passeport avec le visa tamponné dessus moins de 2 semaines plus tard.

Il n’y a eu absolument aucun problème ni retard. Je suppose qu’il n’y avait pas foule à l’ambassade de Russie …

Trouver un moyen d’aller jusqu’en Russie

Lorsque je cherchais un moyen de voyager depuis la France jusqu’au sud de la Russie, les options disponibles et les plus pratiques étaient pour moi via la Turquie ou l’Arménie. AirSerbia propose également des vols de Paris à Sotchi via Belgrade, mais totalement hors budget pour moi. J’ai finalement choisi de passer par la Turquie et de faire une escale par moi-même à Istanbul.

Réserver mes billets d’avion

Trouver un moyen de voyager en Russie était en théorie assez simple, réserver les billets en pratique pas tellement …

J’ai pris un avion pour Istanbul depuis Paris avec Turkish Airlines, donc aucun problème pour réserver le vol en ligne avec ma carte Visa.
Mais la réservation d’un billet pour Sotchi a été beaucoup plus compliquée car seules des compagnies aériennes russes proposent des vols au départ d’Istanbul. J’ai essayé des tonnes de sites pour le réserver avec ma carte bancaire française, j’ai également utilisé un VPN et même essayé une plateforme de réservation turque. Cétait toujours refusé pour la même raison : cartes étrangères non acceptées – comprendre « cartes non émises en Russie » – .

J’ai finallement utiliser la carte bancaire d’une amie russe pour réserver mon billet. J’ai voyagé avec Azimuth, une compagnie aérienne russe low cost et ai réservé le billet directement sur leur site?. J’ai également utilisé un VPN pour configurer mon emplacement en Russie, mais je ne pense pas que ça est était nécessaire, ça aurait fonctionné même sans.

Entrée en Russie

J’ai eu l’impression d’être la seule non russe dans le petit avion Azimuth. Mon test PCR négatif n’a été demandé qu’une seule fois lors de l’enregistrement des bagages à Istanbul. (Les autorités russes ont arrêté de le demander début juillet 2022).

À mon arrivée en Russie, la jeune femme de l’immigration a mis tellement de temps avec moi que les gens qui faisaient la queue derrière ont changé de file … Elle m’a demandé où j’avais l’intention d’aller et combien de fois j’étais venue en Russie – réponse : 7 – c’est sûrement pour ça que ça a pris un peu de temps – Elle a aussi vérifiée à la loupe si mon passeport était vrai. Rien d’inabituel pour ma part.

Elle m’a rendue mon passeport tamponné en me souhaitant « bonne chance » et c’est tout. Le tout a pris 15 minutes au maximum.

Remarque : Personne ne m’a demandé le « formulaire pour ceux qui sont sur des vols vers la Fédération de Russie » à l’arrivée, et je doute qu’il ait été vraiment demandé ailleurs. Je le trouvé totalement inutile puisque tous les passagers devaient de toute façon avoir un test PCR négatif à moins de 48 heures. Encore une fois, les autorités russes ont arrêté de le demander début juillet 2022.

Échanger de l’argent

Comme vous le savez sûrement, Visa et Mastercard ne fonctionnent plus en Russie. Celui qui n’a pas de carte avec le système de paiement MIR (système de paiement Made in Russia) doit apporter de l’argent liquide et bien-sûr les euros et les dollars américains sont préférables.

J’ai essayé de changer des euros contre des roubles à l’aéroport de CDG à Paris mais apparemment à cause des sanctions ils n’étaient/ne sont pas autorisés à en vendre en Europe … J’en ai changé un peu à l’aéroport d’Istanbul, juste assez pour pouvoir rejoindre le centre ville depuis l’aéroport. Le taux de change était évidemment très mauvais.

Le rouble russe se porte plutôt bien depuis le printemps. Au moment où j’écris ces lignes, le taux est de 1 € pour 59₽. Si vous êtes prêt à changer votre argent de manière non officielle (notez que même dans un vrai bureau de change, la machine est très souvent je cite « cassée » … vous n’aurez pas de reçu), vous pouvez obtenir un meilleur taux directement dans la rue dans certaines villes, – j’ai changé 1€ pour 65₽ . Évidemment, c’est du marché noir au grand jour, mais personnellement, je n’ai jamais eu de problèmes à changer mon argent de cette manière, même lors de mes précédents voyages en Russie.

À Sotchi, j’ai vu quelques hommes ici et là dans le centre ville qui tenait une pancarte « Achat $€$ ». Vous ne pouvez pas les louper, ils sont très visibles. Je pense qu’ils sont présents un peu partout dans les pays.

Il vous suffit juste de demander le tarif du jour, peut-être de négocier un peu et en 2 minutes, vous voilà prêts à voyager n’importe où en Russie des roubles plein les poches !

J’ai changé mon argent pour 65₽ à chaque fois, tout l’été. Le taux est même monté à 72₽ pendant quelques jours.

Comment se sont déroulés mes 3 mois

J’ai passé mon été à voyager dans l’extrême sud-ouest de la Fédération de Russie, dans le kraï de Krasnodar et en Crimée pour être exacte. En raison des sanctions et des difficultés rencontrées par les Russes pour voyager à l’étranger, beaucoup ont choisi de rester dans le pays, et bien sûr l’ex Riviera soviétique et les côtes du sud de la Crimée étaient des choix très populaires pour bon nombre d’entre eux.
Toutes les stations balnéaires de la côte de la Mer Noire, c’est à dire Sotchi, Tuapsé, Anapa, Guelendjik etc étaient bondées. Et pas seulement les plages, les hôtels/auberges et les transports aussi.

Comme d’habitude, je ne planifie pas beaucoup mes voyages. C’était assez difficile de réserver des trains et un hébergement « bon marché » à la dernière minute. Souvent les trains étaient complets, j’ai dû prendre des bus. Les hôtels étaient très chers, j’ai beaucoup dormi en auberges de jeunesse, mais bien-sûr, les bonnes étaient la plupart du temps complètes également.

Tous les gens que j’ai rencontrés durant ces trois mois ont été, comme d’habitude, très gentils avec moi. Pas de « haine » ou quoi que ce soit quand je disais aux gens que j’étais française. Pour être honnête c’était plutôt tout l’inverse, les gens étaient très contents de voir une touriste Occidentale. Et encore plus en Crimée !

Sortie de Russie

Moins d’une semaine avant la fin de mon visa (mi-septembre), j’ai voyagé en train de Krasnodar à Moscou pour rendre visite à une bonne amie moscovite. Deux jours avant la fin de mon visa, j’ai pris un train de nuit pour Saint Petersbourg et le lendemain matin, un bus jusqu’à Riga (environ 12 heures, traversée frontalière incluse).

Le bus (LuxExpress – j’écrirais bientôt un article avec plus de détails) a traversé la frontière Ivangorod/Narva vers l’Estonie. Du côté russe, les jeunes femmes des douanes ont scannés les bagages de tout le monde. Ils m’ont demandé si j’avais des médicaments et des dollars américains. Rien sur les euros.
Ensuite, à l’immigration, on ne m’a pas posé une seule question. J’ai été tamponnée hors de Russie très rapidement. Tout le monde est remonté dans le bus et nous sommes entrés en Estonie. C’est tout. Pas de problème, pas de question concernant mon séjour de 3 mois en Russie. Tout s’est super bien passé.

5 2

J’ai passé un excellent été en Russie ! Les gens, les paysages, la nourriture .. Tout s’est très bien passé pour moi.

N’hésitez pas à partager votre propre expérience dans les commentaires !

Comments (1)

  • Yanush 26/09/2022 at 18:54 Reply

    Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *