Abkhazie : le guide

Abkhazie : le guide

Abkhazie

Dernière mise à jour : 07/11/2022

L’Abkhazie, un état qui n’existe pas mais qui est pourtant bien là. Petit territoire sur les côtes de la mer noire, bordé de palmiers sur fond de montagnes du Caucase, autrefois riviera Soviétique où les grands chefs de l’URSS venaient passer leur vacances, et peuplé d’Abkhazes hantés par la peur de perdre leur identité.

Depuis la guerre de 1992-1993 on y voit partout des maisons détruites, abandonnées, des impactes de balles sur les murs, dans le même état depuis 28 ans, faute d’argent et d’une reconnaissance internationale. Voyager en Abkhazie c’est découvrir un petit peuple en quête de reconnaissance et un bout de terre au centre du grand jeu géopolitique du Caucase, hors du temps.

Que vous soyez fan d’exploration urbaine, de géopolitique, de petits peuples méconnus, de randonnée en montagne ou nostalgique d’un temps que vous n’avez pas connus, l’Abkhazie est faite pour vous. Je vous donne ici toutes les informations nécesssaires pour voyager dans cet état auto-proclamé hors des sentis battus.

RUssia travel 52 1

Les grandes lignes de l’histoire de l’Abkhazie

L’Abkhazie a fait partie du royaume de Colchide jusqu’au VIe siècle. Au IXe l’Empire Byzantin contrôle la région, un royaume d’Abkhazie se créer, uni au royaume d’Imérétie Géorgien.

En 1810 elle s’unie plus ou moins à l’Empire Russe, qui fini par totallement controler la région à la fin de la conquête du Caucase en 1864. Commence une lourde répression des Musulmans qui représentaient alors 60% de la population. Ils émigrent massivement vers l’Empire Ottomans, suivant le chemin des Circassiens au Nord.

A partir de là, les versions divergent : Les Abkhazes vous diront qu’à cette période la région étant vidée de grande partie de sa population, des Arméniens et des Russes s’y installent.
Les Géorgiens soutiennent eux que les Svanes et Mingréliens sont là depuis l’Antiquité … Il y a peut être un peu de vrai dans les deux.

Après la Révolution Bolchévique, l’Abkhazie fait partie de la République Socialiste Fédérative Soviétique de Transcaucasie ou RSFS de Transcaucasie (Géorgie, Arménie et Azerbaïdjan). Plus tard Staline la rattrache à la Géorgie. Les Géorgiens y ferment les écoles Abkhazes, et la langue s’écrit désormais avec l’Alphabet Géorgien.

Les Géorgiens s’y installent en nombre, des protestations des Abkhazes contre cette « colonisation » commencent … Selon les chiffres, les Abkhazes representent seulement 17% de la population contre 44% de Géorgiens au début des années 90.

En 1991 l’Abkhazie participe au référendum pour le maintien de l’URSS alors que la Géorgie le boycotte. Une très large majorité d’Abkhazes votent pour. Un autre référendum à lieu en Géorgie pour cette fois ci la séparation avec l’URSS et est majoritairement boycotté par les Abkhazes.

Début 1992 Ardzinba, Abkhaze alors président du Soviet Supreme d’Abkhazie forme une Garde Nationale exclusivement composée d’Abkhazes venu pour certains d’autres régions d’URSS.

A la fin de la guerre avec l’Ossétie du Sud, Tbilissi prend complètement en charge le cas Abkhaze.
Les Députés de cette dernière remettent en place la constition de 1929 qui déclarée l’Abkhazie indépendante et souveraire.

Août 1992, la guerre débute par une première offensive des Géorgiens, s’en suit un court cessé le feu obtenu par les Russes présents dans la région, puis la reprise des combats quelques jours plus tard. La Garde Nationale Abkhaze est aidée par l’armée Russe, des volontaires Nord Caucasiens (y compris Chamyl Bassaev qui était le leader des bataillons Tchétchènes) et des Cosaques.

En juillet 1993 un premier accord a été conclu sous l’égide de Moscou, et d’autres plus tard suivrons jusqu’en 1995 sous l’égide de l’ONU et de l’OSCE.

Bilan en chiffres, à savoir que la région comptée un peu plus de 500 000 d’habitants au début des années 90.
– 7000 morts côtés Géorgien. 100 000 réfugiés chassés d’Abkhazie.
– 6000 morts côtés Abkhaze et environ 200 000 Abkhazes, Russes et Arméniens confondu ont quittés la région.

La situation est gelée depuis bientôt 30 ans et l’Abkhazie est un état de facto, indépendant mais toujours non reconnu par la grande majorité de la communauté internationale.

Abkhazie

Informations générales

Capital : Soukhoum (en Abkhaze « Аҟәа » – en Russe « Сухум »)

Population : Environ 240 000 habitants

Langues : l’Abkhaze et le Russe sont les langues officielles.
La langue Abkhaze s’est écrite au file du temps avec l’alphabet Grec, Arabe puis Géorgien mais depuis 1954 le cyrillique est utilisé. Il est composé de 64 lettres dont 26 de l’alphabet Russe. La langue est très proche des langues Circassiennes en générale et particulièrement de l’Abaza. Si vous parlez Russe vous remarquerez les lettres Abkhazes facilement !

alphabetabkhaze

Religions : Orthodoxie et Islam. Il y a apparement aussi une toute petite communauté Juive Ashkenaze et une synagogue à Soukhoum.

Argent : Le Rouble Russe est utilisé. Ne cherchez pas ni à utiliser vos GEL Lari Géorgien ni même à les faire changer ailleurs qu’à Gal où il y a une minorité Géorgienne. Il y a des distributeurs Sberbank (Сбербанк – Banque Russe) un peu partout, malheureusement l’Abkhazie étant dépendante du système bancaire Russe, les sanctions l’affecte tout autant et les cartes Visa et Mastercard ne fonctionne pas. Si vous venez de Géorgie, faites changer des Roubles directement dans un bureau de change à Tbilissi.

Il existe une monnaie Abkhaze, l’Apsar (аҧсар) depuis 2008. En théorie elle a un cours légal en Abkhazie, ailleurs elle vaut autant que le Rouble de Transnistrie ou les billets de Monopoly … En pratique elle ne sert principallement qu’aux collectionneurs.

Téléphonie : Aquafon (apparement une filiale de Megafon) est le premier réseau du pays. En venant de Russie, juste après la frontière vous trouverez une boutique de l’opérateur sur la gauche pour acheter une carte sim. Vous en trouverez un peu partout dans les villes principales. Si vous venez de Russie votre carte sim fonctionnera malheureusement comme à l’étranger. Le second opérateur mobile du pays est A-mobile (fialiale de Beeline). Notez que c’est un peu plus cher qu’en Russie.

Jours de « célébrations » à retenir :
21 mai, commémorations du souvenir de la guerre du Caucase de 1864 et des peuples montagnards forcés à l’éxile.
30 septembre, célébration de la libération de l’Abkhazie et du départ des forces Géorgiennes

Drapeau : Créer en 1991, n’a rien à voir avec celui de la Géorgie. Les 7 bandes vertes et blanches représentent les républiques montagnardes du Caucase après la 1ere guerre mondiale : Daghestan, TchétchénieIngouchie, Ossétie, Abkhazie, Kabardie, Adyguée, Karachay-Balkarie

Les couleurs sont la cohabitation de l’Islam et du Christianisme, le rectangle rouge avec la paume ouverte représente l’emblême du royaume médiéval Abkhaze. Notez que cette partie est aussi le drapeau des Abaza de Karachaïevo – Tcherkessie d’aujourd’hui.

Enfin les 7 étoiles (oui, le chiffre 7 est sacré chez eux) représentent les 7 régions historiques du pays : Abzhywa, Bzyp, Dal-Tsabal, Gumaa, Pskhuy-Aibga, Sadzen et Samurzaqan qui correspondent plus au moins aux régions d’aujourd’hui avec des parties en territoires Russe et Géorgien.

Abkhazie

Frontières et visa

Visa : Si vous n’êtes pas citoyen de Russie, du Nicaragua et autre Ossétie du Sud, vous aurez besoin d’un visa. Il vous faudra d’abord faire une demande de permis pour traverser les frontières Russe ou Géorgienne, c’est une sorte de laissez passer, de lettre d’invitation, appelez ça comme vous voulez mais sans ça ils ne vous laisserons pas entrer.

La demande est très simple et gratuite à faire directement sur le site officiel du gouvernement Abkhaze (en anglais). Vous obtiendrez une réponse sous une semaine ou deux, ou moins si ce n’est pas votre première visite, par email.

Attention au poste frontière que vous selectionnez, s’il est inscrit Psou sur votre « permis », ils ne vous laisserons pas passer à la frontière Ingur depuis la Géorgie !

Imprimez cette lettre en plusieurs exemplaires pour la frontière Géorgienne, ils peuvent garder des copies, et une seule devrait suffir pour la frontière Russe mais on est jamais trop prudent.

Cette lettre n’est pas un visa, elle ne signifie pas non plus qu’ils vont forcément vous laissez traverser la frontière. Si l’officier est mal plumé ou votre passeport semble louche avec des visas d’Asie Centrale ( à titre d’exemple), vous êtes bon pour un petit interrogatoire. On reste poli et on répond gentillement aux questions. Normalement ils devraient finir par vous laissez passer. Je n’ai jamais entendu parler de voyageurs étrangers (ayant un permis!) se faire refuser l’entrée en Abkhazie.

Frontière Ingur | Géorgie : Si vous rentrez en Abkhazie via cette frontière, mieux vaut ressortir par celle-ci aussi. Vous n’aurez pas de problème à entrer en Russie mais si vous souhaitez un jour revenir en Géorgie dans le future vous n’aurez jamais était officiellement sorti de Géorgie puisqu’ils ne tamponnent pas votre passeport en sortant vers l’Abkhazie. Pour eux vous êtes toujours en Géorgie … Vous suivez ? Et puis si vous n’en avait rien à faire de revenir un jour à Tbilissi, alors pas de soucis, continuez vers le Caucase du Nord.

Vous avez 3 jours pour acheter votre visa auprès des authorités Abkhaze, directement à Soukhoum au ministère des affaires étrangères. Vous pouvez le payer en espèce mais aussi par CB.

Abkhazie

Frontière Psou | Russie : La Géorgie considère cette frontière et l’entrée en Abkhazie, donc sur son territoire comme illégale puisqu’elle ne la contrôle pas. Soyez sûr d’avoir au minimum un visa Russe double entrée puisque vous ne pouvez pas continuer vers la Géorgie par la suite. Bon, sauf si vous voulez finir en prison … Il vous faudra absolument sortir d’Abkhazie comme vous êtes venu, via la Russie.

Les Russes ne tamponnent pas le passeport à la frontière Abkhaze, ni pour entrer ni pour sortir, mais vous êtes bien enregistré comme sorti de la Fédération, donc pas besoin de décompter votre séjour Abkhazie sur votre durée de visa Russe.

Vous pouvez acheter votre visa directement après le contrôle frontière, sur la droite il y un petit guichet avec un panneau indiquant Visa – ВИЗА. Le tarif va de pair avec la durée du visa, donc un visa de trois jours sera moins cher qu’un visa de 3 semaines.
Le gentil monsieur sur place m’a fait une réduction alors que je n’avait rien demandé. Sympa !

Tarifs : environ 5 à 6€ pour 1 semaine à un mois de visa selon le cours du rouble Russe. Et pour environ 80€ vous pouvez même demandez un visa d’un an si vous le souhaitez !

Abkhazie

Sécurité

Les Géorgiens vous diront que c’est très dangereux, les Russes eux vous diront qu’il n’y a aucun problème ! La région est tout de même assez connue pour son taux assez élevé de criminalité dans le sud, vers Gal, proche de la frontière Géorgienne. N’allez pas traîner dans des immeubles abandonnés seul et/ou le soir etc. Les règles de bases, vous l’aurez compris.

Pour ce qui est d’opérations militaires entre l’Abkhazie (+Russie) et la Géorgie, c’est à mon avis assez peu probable. La Géorgie fera sûrement tout pour l’éviter et ne pas justement faire fuir ses milliers de touristes annuel.

Notez tout de même que s’il y avait une escallade de violence entre les deux partis pendant votre séjour en Abkhazie, la frontière Ingur risquerait d’être fermée, et vous coincez dans ce petit pays non reconnu par la communauté internationale, sans ambassade, ni consulat pour vous aider.

Le HALO trust (ONG spécialisée dans le déminage) a déclaré l’Abkhazie exempt de mine antipersonnel en 2011. Mais il reste apparement des explosifs et autres, cachés et oubliés par les habitants dans certaines maisons, jardins, champs et dépôts de minutions …

Les maisons et autres bâtiments abandonnés sont un paradis pour fans d’URBEX, mais attention aucun n’a était contrôlé par les authorités, il n’y a pas de panneaux d’interdiction ni d’avertissement à l’entrée. Vous y entrez à vos risques et périls.

Dernier point sécurité, les Abkhazes conduisent un peu comme des sauvages … Donc on fait attention en traversant la route.

Abkhazie

Femme voyageant seule : Je suis allée seule, 2 fois, en Abkhazie. La première fois au printemps, où il n’y avait pas ou peu de touristes. Je vous conseille fortement de ne pas faire d’autostop, surtout si vous n’en avez pas l’habitude. J’ai pourtant énormément d’expérience et j’ai arrêté au bout de 2 jours parce que je ne me sentais ni à l’aise ni en sécurité avec mes chauffeurs qui pour la plupart étaient de jeunes hommes.

Mon deuxième séjour, en pleine saison touristique, j’ai voulu retenter et je n’ai eu aucun problèmes avec des chauffeurs aussi divers que gentils : Charmants quinquagenaires Abkhazes, femmes Russe, familles en vacances etc

Transport

Il y a des trains Russes directement depuis Moscou via Sochi (le site n’est peut être pas accessible sans VPN).
Taxi collectif de Gal à la frontière Géorgienne ou vice versa, bus ou marshroutka vers et depuis la frontière Russe. En général vous pouvez trouver des marshroutka sans horaires à peu près n’importe où sur les routes principales du pays. L’autostop fonctionne assez bien.

Abkhazie

Hébergement

Il y a énormément de touristes Russes en été, et quasi personne le reste de l’année (ma première visite en mars et le pays était vraiment désert). Il y a donc beaucoup de chambres à louer chez l’habitant, la plupart sont répertoriées sur Ostrovok.ru (la meilleure alternative à Booking.com) en haute saison mais n’apparaîssent pas sur le site le reste de l’année. Si vous venez hors saison cherchez directement dans la rue les panneaux sur les maisons indiquant « сдаются комнаты » ou « сдается комната » qui signifie chambre à louer. Vous trouverez bien-sûr de vrais hôtels. Les prix varient de 6€ à 50€ la nuit.

J’ai personnellement séjourné à la Roza guesthouse à Soukhoum, une famille avec des chiens et chats très sympa.
RusAmra à Gragra, la propriétaire est adorable !
Guesthouse Polyana Chasha à Otchamtchiré, une babushka et ses fils/petits fils merveilleux !

Abkhazie

Bon à savoir

  • Vous trouverez sûrement l’Abkhazie plus cher que la Géorgie et à peu près similaire à Sochi en Russie. Pourquoi c’est si cher ? Tout simpletement parce les seuls liens commerciaux avec l’extérieur sont avec la Russie. Le pays a peu de revenu hors du tourisme, qui se fait majoritairement en été (juin, juillet et août). Pour les locaux, tourisme égal argent, et on ne peut pas vraiment leur en vouloir, le reste de l’année le pays est vide.
  • Soukhoum ou Soukhoumi ; lequel est politiquement correct ? Soukhoum est utilisé en Abkhazie, ajoutez un i et vous avez la version Géorgienne. Préférez donc utiliser Soukhoum quand vous êtes en Abkhazie.
  • Pourquoi il y a des Syriens et Turcs en Abkhazie ? Le gouvernement local a accepté le retour de population de la diaspora Abkhaze ayant émigrés vers l’Empire Ottoman à la fin du XIXe siècle. A partir du début de la guerre en Syrie des familles Abkhazes de Syrie se sont vues offrir maisons et emplois en Abkhazie. Le pays a depuis de très bonne relation avec le régime de Bashar Al-Assad.
  • La majeur partie de la population ne parle pas anglais, mais si par hasard vous croisez des filles portant un hijab, elles sont sûrement Abkhazes de Syrie et parlent Anglais, ainsi qu’Arabe !
  • Attention aux arnaques des chauffeurs de bus et marshroutkas ! Demandez aux locaux et baboushkas qui attendent avec vous combien coûte la course pour éviter de payer le triple.
    (Beaucoup de Russes vous diront que les Abkhazes sont des « voleurs »)
  • Utilisez Yandex maps et Maps.me plûtot que Google maps pour trouver des adresses de restaurants, cafés, supermarchés et autres.
  • Vous verrez pas mal de femmes habillées en noir. Le deuil chez les Abkhazes est assez protocolaire. Les hommes s’habillent en noir pendant un mois environ, les femmes elles pendant un an ou plus, et certaines veuves jusqu’à la fin de leur vies.

Ressources utiles

Apsny Press, un journal local Abkhaze, leur site est même en anglais. Autre site majeur d’informations Sputnik Abkhazia malheureusement en Russe mais google traduction fera le boulot.
Le site du ministère des affaires étrangères a pleins d’informations utile comme les horraires d’ouvertes des frontières etc

Le site de l’UNPO, l’Organisation des nations et des peuples non représentés

Le livre « parlons abkhaze » de Michel Malherbe qui a des informations très utiles non seulement sur la langue Abkhaze mais sur le peuple lui même.

Si vous êtes fan de géoplitique et souhaitez comprennent un peu plus les cas Géorgiens, lisez Géopolitique de la Géorgie de Thomas Balivet et aussi Abkhazie: A la découverte d’une « République » de survivants de Frédéric Delorca.

Abkhazie

Et maintenant vous vous demandez « Alors l’Abkhazie, Russe ou Géorgienne ? »
Pour avoir visité le Caucase du Nord au Sud pendant de longs mois, pour moi l’Abkhazie n’est ni Russe ni Géorgienne, mais bien Abkhaze. On s’y sent comme dans un pays différent. Elle a ce côté « sauvage » qu’on ne retrouve dans d’autres régions du Nord Caucase, une fierté nationale et d’anciennes coutumes bien ancrés et visibles si vous prenez le temps.

RUssia travel 51 1

Bon voyage !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *